Cinéma

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon : quand il n’y a (presque) rien à sauver dans un film…

0

La comédie d’action est un genre très rare en France et est plus traditionnellement pratiquée par les grands studios américains. Force est de constater qu’on comprend pourquoi.

Alors oui, je ne connaissais absolument pas l’univers de Nicky Larson avant de m’aventurer dans la salle. Mais tout bien réfléchi, je pense que même en ayant été prévenu, mon avis sur le film n’aurait pas été changé. On pourra argumenter que l’univers a ses propres codes et qu’il ne faut pas prendre les blagues sexistes et limite homophobes au premier degré, mon avis restera le même : après l’ère #Metoo, il me semble scandaleux qu’un tel film puisse voir le jour en France et que personne ne se soit demandé si le film pourrait déranger. Quand on voit comment avait été reçu Épouse-moi mon pote, on aurait pu se dire que la bande de Babysitting ne renouvellerait pas l’expérience… Et bien si.

Il y a quelques années, Philippe Lacheau sortait le désormais culte premier opus de Babysitting mais depuis, l’acteur/réalisateur a beaucoup de mal à renouveler son succès. Nicky Larson est tellement choquant en lui-même qu’il est impossible de se concentrer sur son scénario (très léger cependant et qui ne fait aucun effort pour surprendre le téléspectateur). Alors, je ne sais pas si l’idée était de créer un humour à la Johnny English ou à la OSS117 mais en tout cas, c’est clairement raté.

Ne parlons même pas des acteurs, depuis le temps on les connaît. Pour faire court, on ne s’attache absolument pas aux personnages. Je ne saurais pas dire si c’est les acteurs qui ne leur donnent aucune profondeur ou si ce sont les rôles en eux-mêmes qui sont inintéressants (même si je pencherais plutôt pour cette deuxième option). J’ajouterais qu’il est bien triste de voir que d’aussi grands acteurs que Didier Bourdon et Gérard Jugnot associent leur nom à ce navet.

S’il fallait absolument trouver une qualité à Nicky Larson et le Parfum de Cupidon (et ce n’est pas simple), je dirais que les scènes d’action sont plutôt réussies. Ici, on sent en effet une inspiration manga/animé qui rend le tout dynamique et explosif. Mais ça s’arrête là.

Pour conclure, je dirais qu’il m’a été très difficile d’écrire cette critique parce que rien ne m’a plu dans ce film. C’est un mélange imbitable de sexisme, d’homophobie, de blagues qui tombent à plat et de personnages creux et sans intérêt. Alors pitié, M. Lacheau, ne nous infligez pas une suite…

2

The Sound of Cinema #1 – Les Frères Gregson-Williams

Previous article

Rétrospective Hitchcock sur Arte : une occasion fascinante de mieux comprendre le cinéma…

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up