Cinéma

Chambre 212 : Tempête émotionnelle sous un crâne amoureux

0

Maria, professeure de droit, est mariée à Richard depuis vingt ans et a pris l’habitude de le tromper avec ses étudiants. Lorsque Richard découvre sa dernière liaison, ce sur quoi leur couple est construit semble remis en question. Maria part s’installer dans l’hôtel qui fait face à leur appartement, mais contrairement à ce qu’elle pensait, elle ne retrouve pas seule à faire le point sur leur relation.

Avec Chambre 212, Christophe Honoré met en scène une galerie de personnages à la fois réels et fantasmés, allégoriques et humains, du passé comme du présent, qui incarnent avec humour et délicatesse les questionnements intérieurs de sa protagoniste. Sans jugement moral, le film questionne la résistance du couple face au passage du temps et la force du désir – du désir féminin, ce qui vaut la peine d’être noté.

Chambre 212 se joue sur deux espaces qui se font face, nés d’une séparation, mais qui progressivement se répondent et interagissent l’un avec l’autre. Dans cette fameuse chambre d’hôtel se manifestent tour à tour un Richard étrangement rajeuni, un premier amour insoupçonné, et surtout de multiples amants plus ou moins récents ; s’y jouent aussi bien des échanges des plus intimes que des confrontations en foule joyeusement chaotiques. De l’autre côté de la rue, un Benjamin Biolay seul et dépressif traîne piteusement dans son appartement rendu terne par l’absence de sa femme.

Mais cette chambre sur laquelle se concentre l’essentiel de l’action ne se contente pas d’être une scène qui succèderait à la première, bien que le procédé participe de la théâtralité du film – rappelons que Christophe Honoré est également metteur en scène de théâtre. Elle est aussi un moyen de transport dans l’espace et dans le temps. Changeante dans ses couleurs et dans ses lumières, elle est le bain poétique dans lequel nagent, avec grâce, les acteurs et les actrices de cette comédie introspective. Au centre de ce tourbillon, on ne peut qu’admirer Chiara Mastroianni, récompensée à Cannes pour sa prestation.

Christophe Honoré nous a parfois habitué à des intrigues plus lâches et plus lentes ; il nous offre avec Chambre 212 un moment de cinéma vif, drôle et poétique, dont on ressort à la fois réjoui et ému.

Chambre 212, de Christophe Honoré. Avec Chiara Mastroianni, Benjamin Biolay, Vincent Lacoste, Camille Cotin. 2019.

8

Retour sur le Festival du cinéma allemand à l’Arlequin, Paris

Previous article

Ressortie de la trilogie des morts-vivants de George Romero : retour aux sources zombifiques

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up