Cinéma

Jurassic World – Fallen Kingdom : un air de déjà vu…

0

Déjà vingt-cinq ans depuis le premier Jurassic Park réalisé par Steven Spielberg, et celui-ci n’a pas pris une ride… Spielberg a déclaré a posteriori qu’il avait voulu faire un « pur film de divertissement », et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a parfaitement réussi son coup.

Si Jurassic World II commence par une scène d’introduction angoissante au possible, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler Les Dents de la mer, la suite n’est pas vraiment à la hauteur de cet amuse-gueule. Certes, on ne peut refuser au film le qualificatif de spectaculaire. De ce côté-là, Fallen Kingdom fait honneur à ses illustres prédécesseurs en mettant les personnages dans des situations toujours plus désespérées, comme lorsqu’ils doivent échapper à un volcan en éruption en se faufilant parmi les dinosaures paniqués pour enfin sauter d’une falaise de trente mètres.

Le plus irritant est sans doute le côté parfois franchement caricatural de l’ensemble. Là où le premier Jurassic Park nous donnait à voir des protagonistes complexes, certains idéalistes comme John Hammond, d’autres fantasques et pessimistes comme Ian Malcolm, avec une touche d’humour très appréciable, les personnages de Jurassic World manquent clairement de subtilité. Liste non exhaustive : l’informaticien geignard et incapable de se débrouiller, la paléontologue téméraire, et surtout ceux que le film présente comme des financiers sans foi ni loi, prêts à toutes les folies (vendre des prototypes de dinosaures génétiquement modifiés incontrôlables, par exemple) pour l’appât du gain. En soi, ce ne serait pas gênant si l’intrigue n’en devenait pas prévisible, mais quand il devient évident que tous les hommes d’affaires véreux vont se faire manger un par un tandis que nos héros restent sains et saufs, le suspense en souffre.

Esthétiquement, le réalisateur Juan Antonio Bayona nous gratifie tout de même de certains plans remarquables. S’il fallait n’en citer qu’un, celui, symbolique, qui montre la haute silhouette d’un brontosaure oublié sur le quai d’embarcation par l’opération de sauvetage, brouillée par la fumée causée par l’éruption, arrachera une petite larme aux inconditionnels du genre.

Jurassic World Fallen Kingdom est indiscutablement divertissant et visuellement impressionnant, mais avec son caractère manichéen, son intrigue parfois prévisible, et ses ambitions moralisatrices quelque peu déplacées pour un film qui, rappelons-le, reprend une licence connue dans le but de s’assurer un succès financier, il perd encore un peu de la magie qui était celle des premiers opus.

6.5

Ready Player One : attention, film culte…

Previous article

American Gods (Saison 1) : les dieux sont parmi nous…

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up