Cinéma

Les Animaux Fantastiques – Les Crimes de Grindelwald : une suite déroutante…

0

Attention, si vous n’avez pas encore vu le film, ne vous aventurez pas plus loin !

Après avoir vu Les Crimes de Grindelwald, il m’a fallu un certain temps pour assimiler tout ce que le film avait dévoilé. Encore aujourd’hui (soit une semaine après être sorti de la salle), je n’arrive toujours pas à savoir si le film m’a plu ou non. 

S’il y a bien une partie du film qui m’a déçue, c’est qu’on ne retrouve absolument pas l’ambiance enchanteresse du premier opus. Après coup, je me dis que c’est peut-être parce que l’univers magique des années 1920 ne nous est plus inconnu. Le fait est qu’étrangement, je me sentais beaucoup moins transporté dans le Paris triste et morne des années 1920 pourtant surnommées les années folles. Alors ne vous méprenez pas, les décors restent magnifiques : je saluerai ici le travail du chef décorateur qui crée de toutes pièces un Ministère de la Magie français inspiré (avec goût) du Grand Palais.

Le film pâtit également de son scénario qui, à mon sens, prend trop de libertés. Après le succès visiblement inattendu du personnage de Jacob Kowalski dans le premier film, on sent que les scénaristes ont cherché à le caser comme ils ont pu (c’est-à-dire avec très peu de subtilité). Dans la même veine, la défection de Queenie me semble trop simpliste et ses raisons peu convaincantes. Last but not least, la révélation des méfaits de Léta Lestrange est particulièrement troublante : si chaque fillette échangeait son petit frère avec un autre bébé parce qu’il fait trop de bruit, le monde serait bien étrange…

Tout ceci m’amène enfin à la révélation finale du film : Croyance, frère d’Albus Dumbledore ? Faites-vous votre propre opinion mais pour ma part, je trouve qu’il est bien pratique de faire apparaître un frère sorti de nulle part pour les besoins du scénario. Espérons que ce plot twist n’est encore qu’un des innombrables mensonges de l’infâme Grindelwald.

Cependant, il faut quand même souligner que le film reste un bijou visuel : des choix de lumière aux effets spéciaux époustouflants (je pense ici au combat final contre le monstre de feu), David Yates ne nous laisse pas indifférents. De même, avec James Newton Howard aux commandes, la bande originale reprend à merveille les codes qui m’avaient tellement enchanté dans le premier opus en rajoutant des thèmes propres à chacun des nouveaux personnages !

S’il fallait conclure, je dirai que Les Crimes de Grindelwald est une suite qui pâtit de sa comparaison avec le premier opus de la saga. Et pourtant, tout n’est pas à jeter, les nouveaux personnages (Nagini par exemple) promettent pour l’avenir de la saga sans avoir été exploités à leur plein potentiel pour le moment. Reste à voir ce que J.K. Rowling nous réserve !

6

Que regarder sur Amazon Prime Video France ?

Previous article

Astérix et le Secret de la Potion Magique : la saga d’Astier résiste encore et toujours à la critique…

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up