Cinéma

Rebelles : Maquereaux en boîte et biftons en sac

0

Sandra, ex miss Nord-Pas-de-Calais déchue, revient vivre chez sa mère à Boulogne sur Mer. Engagée dans une conserverie de maquereau, elle est agressée par son chef de service et le tue involontairement en se défendant. Avec deux autres employées témoins de la scène, elle découvre que le sac du mort est rempli de billets à l’origine douteuse. Les trois femmes décident de le garder – le sac, pas le mort.

Dynamique, rythmée, Rebelles sait séduire son spectateur. Le scénario est entraînant, même s’il perd un peu en originalité dans la deuxième moitié du film, et les personnages, délicieusement avides et cyniques, ce qui ne les empêche pourtant pas d’être touchants. Et un humour qui fait mouche, délirant avec juste ce qu’il faut de grotesque, surtout au début.

Cécile de France, transformée en pétasse revancharde, Yolande Moreau, géniale comme toujours, et même Audrey Lamy qui peut parfois être agaçante mais l’est ici juste ce qu’il faut, incarnent leurs personnages avec enthousiasme et talent. Les seconds rôles, du trafiquant looser au flic véreux, viennent compléter ce joyeux tableau.

Le propos à tendance « sociale » que certains reprochent au film reste surtout un décor, un contexte, qui ne nuit jamais au déroulement de l’action et sait servir les gags à bon escient. Un film féministe ? Sûrement, mais puisque les femmes ne valent finalement pas beaucoup mieux que les hommes, la satire est poussée contre tout le monde.

Bref, sans trop d’ambitions mais avec énergie, Rebelles parvient à nous faire rire ; c’est tout ce qu’on en attend. Entre deux grand crus, on se contente parfois d’un bon petit cocktail bien dosé.

7.5

Hommages et adieux à Agnès Varda

Previous article

Interview de Bruno Collet, sculpteur et réalisateur

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up