Cinéma

Le Petit Spirou : le petit (garçon roux dont les parents sont grooms et qui s’appelle par un malencontreux hasard) Spirou…

0

Le petit Spirou est un film pour enfant. Mais pas un film familial.

Car oui, il y a une différence. Un film familial a cette capacité de s’adresser à toutes les tranches d’âge. C’est le talent des Disney, Ghibli et autres Pixar, mais également de certains films de super-héros de films d’initiation par exemple. Un film familial ne prend pas les enfants pour des idiots : il transmet au travers de personnages et de schémas narratifs simples des valeurs (louables ou non mais c’est un autre débat) qui suivront l’enfant bien après le visionnage du film. Le problème des films pour enfants, c’est qu’ils ne font pas cet effort et rabaissent le propos au niveau où ils imaginent être les enfants.

Le film familial peut donc être apprécié à tout âge, car son message est universel, alors que le film pour enfant est là pour plaire uniquement à un public de moins de 10 ans. Le petit Spirou en tant que film pour enfant n’est pas foncièrement mauvais, même s’il reste relativement médiocre. L’humour fonctionne plutôt bien d’après les rires entendus dans la salle mais un certain nombre de blagues tombent à plat. Le film se permet même une touche de poésie durant le dernier quart d’heure qui arrive de manière totalement inattendue étant donnée la platitude du reste du film. Enfin le groupe d’amis est assez attachant (du moins plus que les autres personnages).

Et c’est à peu près tout pour les points positifs. Pour le reste les personnages sont inintéressants et décrocheront à peine un sourire à toute personne âgée de plus de 10 ans. Petite mention spéciale pour les « méchants » qui sont totalement inutiles, et ridicules de surcroît, pendant l’intégralité du film (alors que c’est souvent la qualité des méchants qui fait le succès des films familiaux – imaginez un Disney sans méchant). Le message contre le déterminisme, malgré sa bonne volonté, est très mal amené et ne marquera aucun des spectateurs.

Mais à partir du moment ou on le considère comme un film familial, le film devient excessivement mauvais. En plus du fait que les adultes ne riront certainement pas du film, ils verront devant leurs yeux trois souvenirs se désagréger sous leurs yeux. Pierre Richard, génial dans la série du Grand blond, Le distrait ou La chèvre joue ici un grand-père qui tente de transmettre à son petit-fils ce qui est censé être sa passion sans faire preuve d’aucun entrain. François Damiens, créateur des caméras cachées de François l’embrouille, incarne un prof de sport beauf au possible et pourtant moins drôle qu’un beauf dans la vraie vie. Pour finir, beaucoup se demanderont comment le héros des bandes-dessinées de leur enfance a pu, au fil des transformations, être utilisé pour vendre un tel film, étant donné que le héros n’a de Spirou que le nom.

En bref, Le petit Spirou n’est pas un mauvais film dans le sens où ses intentions ne sont pas mauvaises. Il est simplement médiocre : son objectif se borne à faire rire un public très jeune, quitte à réduire ses acteurs et ses personnages à l’ombre de ce qu’ils auraient pu être si le film avait daigné être un peu plus ambitieux. Il fera certainement rire les jeunes enfants mais ne leur apportera rien de plus. Quand aux adultes, il vaut mieux qu’ils l’évitent tout simplement.

2

Ça : sympathique mais sans plus…

Previous article

Broadchurch : Une série policière à l’européenne

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up