Articles

Les salles obscures reprennent du service

0

Après trois mois de fermeture, le grand jour est enfin arrivé ! Le 7ème art sort enfin de son confinement et les cinémas français rouvrent leur porte aux cinéphiles aguerris comme aux simples curieux en ce 22 juin 2020. A cette occasion, inspirées par le numéro désormais mythique de Première, trois générations de Making Of prennent la plume pour témoigner. Comme toute bonne dissertation, trois questions s’imposent :

  1. Quelle est la meilleure raison de retourner au cinéma à sa réouverture ?
  2. Quel film attends-tu le plus ?
  3. Quel est ton plus beau souvenir de projection ?

 

Vincent, Making Of 2018-2019

  1. Parce que jamais l’ordinateur ou la télé ne pourront remplacer l’écran géant de la salle aux fauteuils rouges et les émotions qu’elle procure. Il y a quelque chose de si particulier et unique dans le fait de découvrir un film dans le noir entouré d’inconnus avec qui on vit pourtant une expérience collective.
  2. Je mentirais si je ne parlais pas de Tenet (quand la moitié des acteurs d’un film avouent ne pas être certain d’avoir compris la moitié de ce qui s’y passe, ça m’intrigue forcément) mais honnêtement tout me tente : The French Dispatch, Mulan, No Time To Die… Je suis tellement heureux de pouvoir retourner en salles que même Les Tuches 4 aurait une saveur particulière.
  3. Hiver 2005 dans la salle polyvalente d’un petit village de la Nièvre, installé sur une chaise en bois et bercé par le doux son de la bobine qui tourne au fond de la salle, je découvre pour la première fois le monde merveilleux de Narnia. La magie du cinéma, tout simplement.

 

Victor, Making Of 2020-2021

  1. Le cinéma est l’un des seuls endroits où l’on peut facilement se couper de notre monde pour rentrer dans un autre. Au cinéma on est concentré à 100% sur l’histoire qu’on nous raconte et tout le reste devient secondaire.
  2. Tenet, le nouveau film de Christopher Nolan. Quand on va voir un de ses films au cinéma on sait que l’on va assister à quelque chose d’impressionnant mais aussi d’intelligent contrairement à la plupart des grosses productions. Quand on sort de la salle après avoir vu Dunkerque ou Interstellar on est complètement sonné.
  3. Peut-être Once Upon a Time in Hollywood. C’est l’un des films que j’ai le plus attendu dans ma vie (toute ma classe prépa) et je n’ai pas été déçu, j’avais des étoiles dans les yeux. D’ailleurs je suis retourné le voir une deuxième fois.

 

Léa, Making Of 2018-2019

  1. Parce que c’est pas la taille qui compte mais pour les films un peu ! Donc pour enfin voir des chefs d’œuvres sur grand écran.
  2. Je n’ai pas de film particulier en tête, je vais me jeter sur tout ce qui sortira, que ce soient des nouveautés ou des films de patrimoine.
  3. « L’une chante, l’autre pas », à l’Etoile Saint Germain, en présence d’Agnès Varda. A une grande femme, la cinéphile reconnaissante.

 

Adèle, Making Of 2019-2020

  1. La salle reste le meilleur moyen de découvrir un film : l’écran qui englobe tout le champ de vision, la qualité sonore, les fauteuils confortables… toutes les conditions sont réunies pour s’immerger dans un autre univers. Si le film est bien, on est assuré de vivre quelques heures hors de soi, sans avoir à se préoccuper de quoi que ce soit d’autre.
  2. Je n’avais pas pu voir Dark Waters de Todd Haynes donc je vais profiter de la réouverture des cinémas pour rattraper mon retard.
  3. Je dirais 120 battements par minute de Robin Campillo. J’ai rarement été aussi émue que devant la fin de ce film. Voir un film aussi touchant dans son propos, servi par des acteurs et un thème musical si justement trouvés, le tout avec mon meilleur ami et dans mon cinéma de quartier, fait que j’en ai gardé un excellent souvenir.

 

Emma, Making Of 2018-2019

  1. Pour le grand écran. Pour l’expérience commune. Pour être plongé dans un film sans interruption.
  2. Tous ! J’ai surtout juste envie de retourner au cinéma… Mais si je devais en citer un en particulier, cela serait The French Dispatch de Wes Anderson. Ce n’est malheureusement pas pour tout de suite… (Merci Covid !)
  3. Avengers Infinity Wars en avant-première à USC à Los Angeles. L’ambiance dans la salle était tout simplement électrique. Une séance inoubliable.

 

Barthélemy, Making Of 2020-2021

  1. Il y en a plein ! Évidemment, aller au cinéma est important pour soutenir la filière qui a bien souffert ces derniers temps… Mais surtout, il va bien falloir occuper cet été qui pour certains va être plus vides que les autres. Quoi de mieux, pour revoir ses amis à qui on n’a rien à raconter sur ces derniers mois, qu’une sortie ciné suivie d’une bonne discussion autour d’un verre pour éviter les commentaires sur la météo et les silences gênants ?
  2. J’admets avoir un peu lâché l’actualité cinématographique depuis la fermeture des salles. Mais je sais que j’étais curieux de voir le prochain film de Nolan, Tenet, ce qui n’a rien de très original…
  3. Ce n’est pas vraiment pour le film, dont je ne garde que des souvenirs imprécis, mais je me souviens avoir assisté quand j’étais petit à une projection en plein air du film Le renard et l’enfant, l’été de sa sortie et en pleine nature. Le cadre raisonnait avec l’ambiance du film, et ça permettait de faire une sortie ciné en profitant du beau temps de l’été. Puisque la distanciation sociale a remis les activités d’extérieur au goût du jour, je ne peux que recommander ce type d’expérience si l’occasion se présente à vous !

 

Zoé, Making Of 2019-2020

  1. On n’a pas pu en profiter pendant si longtemps… Fini les soirées déprime, il y a toujours le ciné pour dépanner ! Et puis, vu le nombre de tickets économisés, pas la peine de s’en priver !
  2. Le Capital au XXIème siècle, d’après le livre de Piketty ! Pourquoi ? Premièrement, je suis une victime de la publicité : quelques affiches qui sortent du lot, et hop je fonce ! Ensuite, j’adore les documentaires sur le monde de la finance, sûrement parce que ça me paraît être un monde tellement lointain et proche à la fois. Parce que je ne m’y intéresse pas vraiment, mais je suis quand même à HEC. Après Inside Job et The Big Short, il est temps de me faire ma petite piqûre de rappel !
  3. Sûrement la fois où je suis allée voir Une Grande Fille avec mon amie A, dans une cinémathèque paumée de Los Angeles, complètement bourrées après des coupes de champagne qu’on nous avait offertes en plein milieu de l’après-midi sans raison particulière. Sinon, Les Misérables, cette année. Pour plein de raisons.

 

Hugo, Making Of 2018-2019

  1. Se retrouver assis face à cet écran parfois intimidant, encerclé d’une armée d’enceintes et se prendre une claque devant un chef-d’œuvre ou somnoler devant un navet : l’expérience cinéma n’a pas d’égal !
  2. J’avais une folle hâte de découvrir Soul, le nouveau film Pixar. Il devait à l’origine sortir le 24 juin mais a été repoussé à novembre. Dans l’immédiat le bon Disney fanboy que je suis attend donc Mulan, le 22 juillet.
  3. Ma première projection au Grand Rex : l’avant-première presse de Coco (Lee Unkrich) en novembre 2017. Après un film éblouissant, des mariachis sont venus sur scène interpréter des airs de la bande originale. Deux journalistes se sont levés et ont commencé à danser le flamenco entre les rangées de fauteuils. Mémorable !

Artemis Fowl, bien trop peu de fowlie

Previous article

Une Ombre bien pesante

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login/Sign up