ConfineMOW

MOWtt Damon

0

Pendant toute la durée du confinement, Making Of se charge de vous donner des idées de films à voir : les MOWs, Movies Of The Week.

Matt Damon, né le 8 octobre 1970, est un des acteurs phares de ces trois dernières décennies car il est arrivé à s’imposer dans le cinéma hollywoodien tout en faisant attention à la qualité des films dans lesquelles il tournait. Il a évolué dans tous les types de long-métrages, du très cher blockbuster hollywoodien aux films plus confidentiels. Il a tourné avec les plus grands réalisateurs et c’est à cette carrière, déjà extraordinaire, que ce ConfineMOW veut rendre hommage.

1) Good Will Hunting, 1997, réalisé par Gus Van Sant

Accompagné de son ami de toujours, Ben Affleck, Matt Damon fait dans ce film une masterclass. Il incarne Will Hunting, un jeune balayeur qui travaille au MIT, mais, autodidacte, il est versé dans la littérature et les sciences, c’est l’archétype du touche à tout de génie. Grâce à ses qualités d’esprit et de logique il va peu à peu réussir à intégrer le milieu universitaire et trouvera un adversaire à sa taille en Sean Maguire, qu’interprète Robin Williams. Ce film brillant est une leçon d’humilité car le jeune prodige que campe Matt Damon, ne trahit jamais ses valeurs et son origine sociale. Matt Damon et Ben Affleck, qui sont au cœur de la genèse de ce film, se verront d’ailleurs attribuer l’Oscar du meilleur scénario original en 1998.

2) Les Infiltrés, 2006, réalisé par Martin Scorsese

Ce film du génial Martin Scorsese impressionnera les amateurs de gangster. Tout en étant un remake du film Infernal Affairs d’Andrew Lau, sorti trois ans plus tôt, ce film est bien réadapté au contexte de New York. Si Leonardo Di Caprio incarne un agent de la police infiltré dans les réseaux mafieux de la ville, Matt Damon est l’inverse, c’est un criminel appartenant à la mafia qui est infiltré dans la police. Ce jeu de miroir est mis en valeur par l’incroyable talent des deux acteurs principaux. Il ne faut pas oublier la présence de Jack Nicholson qui amène une certaine filiation de ce film avec les films de genre des décennies précédentes. On notera une fin mémorable.

3) Le Talentueux Mr. Ripley, 1999, réalise par Anthony Minghella

Encore un remake pour Matt Damon, mais c’est cette fois le film Plein Soleil de René Clément, sorti en 1960, qui est réadapté. Le chef d’œuvre du cinéma français, illuminé par la présence solaire d’Alain Delon trouve ici une juste réinterprétation par le jeu de Matt Damon en tant que Tom Ripley. Matt Damon incarne une nouvelle fois un jeune homme sans le sou, mais cette fois c’est l’ambition et la fascination pour le luxe qui le dévorent. Il se lie d’amitié avec Dickie Greenleaf, un jeune homme de son âge issu d’une famille riche, afin de profiter du luxe de sa vie. Cette nouvelle exploration des classes sociales par Matt Damon répond bien à Will Hunting dans le sens où le jeune désargenté à, cette fois, des objectifs inverses.

4) La saga Jason Bourne, par Doug Liman (le premier film) et Paul Greengrass (les suivants)

La saga Jason Bourne pourrait être renommée saga Matt Damon tellement la présence de cet acteur est indissociable de cette série de films. En effet, un film de 2012, Jason Bourne : Héritage, où il n’apparaissait pas, était d’assez piètre qualité. Si l’on prend les films où Matt Damon jouent, c’est-à-dire quatre long-métrages, on aperçoit un renouveau du film d’action traditionnel. En effet, ces films, s’ils donnent une bonne part à l’action, s’intéressent aussi à la psychologie de ce personnage, d’abord traqueur puis traqué. Ces films sont charnières puisqu’ils utilisent souvent des effets spéciaux réelles plutôt que des effets virtuels mais, au sein de ces histoires, la technologie a une place bien présente puisque les nouveaux outils comme le téléphone sont utilisés, notamment pour la localisation par satellite.

5) Seul sur Mars, 2015, Ridley Scott :

Ce film marque le retour en grâce de Ridley Scott puisque cela faisait quelques années que le réalisateur prolifique sortait des films moins intéressants. C’est pour cette exploration de la planète rouge, que le réalisateur d’Alien met tout son talent à exécution. Il a confié le rôle principal à Matt Damon, un acteur qui, comme on l’a vu précédemment, est capable de porter sur lui un film voire une franchise. Ce survival movie d’un nouveau genre voit Mark Watney, laissé pour mort sur la planète Mars, essayer de survivre à cette terre hostile en attendant de pouvoir rentrer sur Terre. Cela permet encore une fois à Matt Damon de pouvoir exprimer son talent de composition et de montrer une variation intéressante du type de personnage qu’il incarnait dans Interstellar de Christopher Nolan, en 2014.

 

 

Mathieu Bonnet
Rédacteur en chef de la Cinemat'HEC pour l'année 2020-2021.

    MOWoody Allen

    Previous article

    Play ou le plongeon dans ta jeunesse

    Next article

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Login/Sign up